Dix conseils pour perdre du ventre rapidement

Entre ballonnements et kilos en trop mal logés, votre tour de taille vous complexe ? Grâce à notre programme minceur, choisissez les bons aliments pour déstocker et dégonfler en même temps. A vous, taille fine et ventre plat pour oser le deux-pièces cet été !
Notre programme, hypocalorique et équilibré, s’articule autour des aliments et des modes de cuisson digestes et bénéfiques à la flore intestinale. Rapidement, les ballonnements diminuent et les rondeurs s’atténuent.

Conseil ventre plat n°1 : repenser sa consommation de céréales

En qualité et en quantité ! Le blé et ses dérivés (pain, pâtes...) renferment des oligosaccharides – des sucres fermentescibles –, et du gluten, une protéine qui peut générer des troubles digestifs chez certaines personnes. Complets ou semi-complets, ils apportent en plus des fibres potentiellement irritantes. Enfin, ils sont riches en glucides dont la consommation en excès favorise le stockage. En même temps, il ne faut pas les supprimer car ils rassasient et contiennent aussi des amidons résistants bénéfiques au microbiote.

En pratique : on en consomme au déjeuner, en quantité modérée (100 à 150 g poids cuit, soit 30 à 50 g cru), en optant pour les céréales à index glycémique modéré les mieux tolérées par les intestins : riz basmati, pâtes blanches al dente, quinoa, petit épeautre, polenta, sarrasin.

Conseil ventre plat n°2 : dîner léger

C’est la clé pour déstocker – l’apport énergétique, surtout lorsqu’il provient de glucides, est plus facilement mis en réserve pendant la nuit –, et ne pas accentuer les ballonnements de la journée.

En pratique : pas de glucides le soir ! On zappe les féculents et on préfère une tisane parfumée au dessert. Au menu : des légumes (en entrée et en plat) et 80 à 100 g de poisson ou viande maigre. Pour tenir, on instaure un goûter vers 17 heures : 1 à 2 fruits frais ou cuits et, éventuellement, quelques oléagineux (amandes, noix...) ou 1 à 2 carrés de chocolat noir à 70 % de cacao minimum.

Conseil ventre plat n°3 : croquer les fruits en dehors des repas

Cela permet de profiter de leurs bienfaits en évitant les fermentations responsables de gaz. La plupart sont riches en fructose lié à des fibres (fructo-oligosaccharide) et renferment parfois des polyols, deux sucres fermentescibles.

En pratique : on se limite à 2-3 portions par jour le matin ou au goûter. On consomme en petites quantités (60 g) les plus difficiles à tolérer (pomme, pêche, mangue, abricot, cerise, coing, pastèque), on épluche et on épépine.

Conseil ventre plat n°4 : petit déjeuner à l’anglo-saxonne

C’est le moment pour faire le plein d’énergie sans se plomber : l’appétit sera modéré pour la journée et les calories utilisées. Pour la silhouette et la digestion, on renonce au petit-déjeuner à la française (viennoiseries, confiture, céréales dans du lait) au profit d’une version anglo-saxonne avec, en plus d’une céréale facile à tolérer, des protéines végétales et/ou animales et du bon gras.

En pratique : on prévoit 50 g de pain blanc au levain avec 10 g de beurre, des oléagineux ou 1 œuf ou du jambon, 1 laitage (végétal ou animal) et, selon la tolérance, un fruit.

Conseil ventre plat n°5 : panacher cru et cuit

Les fibres des légumes et fruits crus, plus irritantes, peuvent générer des ballonnements. Mais pas question de s’en passer : en remplissant l’estomac, les crudités contribuent à s’affiner, et certaines affichent un index glycémique plus bas que les versions cuites.

En pratique : on vise l’équilibre entre cru et cuit, en augmentant progressivement la part des crudités pour se réhabituer. On épluche et on épépine, et on privilégie les variétés les plus digestes.

Conseil ventre plat n°6 : ne pas consommer plus d’un laitage par jour

Les produits laitiers contiennent du lactose souvent mal digéré en raison du déficit d’une enzyme, la lactase. Le lait est le plus riche en lactose : plus il est transformé, moins il en contient.

En pratique : on se limite à un par jour, plutôt le matin, en privilégiant les fromages, yaourts et petits-suisses. Pour les préparations à base de lait, on opte pour des jus végétaux (amande, soja...) enrichis en calcium. En dessert, pour des yaourts végétaux non sucrés.

Conseil ventre plat n°7 : limiter les légumes fermentés

Les légumes, surtout fibreux (poireaux, artichaut, choux, salsifis, aubergine...), renferment des fructanes : indigestes, ces sucres se retrouvent directement dans le côlon où ils fermentent. Pour autant, il ne faut pas les supprimer car les fructanes sont appréciés des bactéries amies de la flore intestinale.

En pratique : on consomme en petites quantités les légumes incriminés (60 g max), en privilégiant les formes cuites, râpées, mixées ou coupées pour faciliter leur digestion. Les intestins habitués, on augmente peu à peu ces quantités.

Conseil ventre plat n°8 : “adoucir” les légumes secs

Riches en fibres et en fructanes, ils donnent du fil à retordre à nos intestins. Pourtant, ils contribuent à l’équilibre de la flore intestinale et constituent une excellente alternative aux produits céréaliers pour être rassasiée et déstocker, grâce à leurs index glycémiques modérés.

En pratique : on en met au menu deux à trois fois par semaine. Pour les prédigérer, on les fait tremper une nuit avant de les préparer ou on les fait germer deux à cinq jours dans une eau peu minéralisée. On les cantonne au déjeuner (50 à 60 g poids cuit), associés à une céréale.

Conseil ventre plat n°9 : mastiquer et prendre son temps

Bien mastiquer permet de broyer les aliments. Prendre son temps et manger sans stress, c’est aussi manger moins et ne pas ingérer d’air, deux facteurs de ventre ballonné après repas.

En pratique : on mange à heures fixes, assis et dans le calme, on passe au moins 20 minutes à table, on mâche plusieurs fois chaque bouchée, on pose ses couverts entre chaque et on attend d’avoir avalé avant de recommencer.

Conseil ventre plat n°10 : adopter les bons modes de cuisson

Fritures, barbecue et cuissons à haute température produisent des composés toxiques peu digestes.

En pratique : on cuit à la vapeur, en assaisonnant après cuisson avec des épices et des aromates, à l’étouffée, au wok ou au four à basse température. Et on ajoute des huiles végétales crues (olive, colza, noix...), digestes et anti-inflammatoires, à raison d’1 c. à s. par repas.

Comments

Popular posts from this blog

Des solutions sans douleur pour maigrir sans régime

10 astuces pour maigrir plus vite

COMMENT PERDRE DU POIDS AVEC DE L’EAU